La culture de champignons

CAREL solution for Cultivation of mushrooms
 
  • Plus

    Maintenir l'hygrométrie à des niveaux contrôlés pendant toutes les phases de production des champignons permet de :

    • Éviter les pertes d'eau du produit, donc la réduction du poids à la vente ;
    • Préserver les caractéristiques du produit ;
    • Minimiser la consommation énergétique avec des systèmes adiabatiques.
  • Caractéristiques générales

    La température et l'hygrométrie sont des facteurs essentiels à la fois pour la culture des champignons et pour les phases suivantes de conservation et de commercialisation.

    Pendant la croissance, phase pendant laquelle il n'est pas conseillé d'arroser, il est fondamental de maintenir une hygrométrie élevée.

    La récolte nécessite des températures plus basses mais une hygrométrie quand même élevée pour empêcher les pertes de poids.

    En effet, les champignons frais contiennent environ 90 % d'eau. Du fait qu'il n'y a pas de barrière entre la surface des champignons et l'air, ces derniers ont tendance à évacuer ou à absorber de l'eau pour s'adapter aux conditions ambiantes.

    Si l'air est trop sec, donc, ils perdent une partie de l'eau dont ils sont constitués ; cela entraîne naturellement une réduction du poids à la vente mais également une détérioration de l'aspect du produit.

    Pour éviter ce phénomène et préserver les caractéristiques des champignons, il convient de prévoir des systèmes qui maintiennent l'humidité relative de l'air à un niveau autour de 95 %.

    Grâce à ses 40 ans d'expérience dans le secteur, Carel propose une large gamme d'humidificateurs, avec des débits et des caractéristiques de fonctionnement divers. Des humidificateurs à vapeur, précis et fiables, et des systèmes adiabatiques qui, en plus d'être basés sur des technologies à très faible consommation énergétique, permettent d'humidifier et de rafraîchir l'air, sont disponibles.

    Les systèmes adiabatiques, en effet, fonctionnent en atomisant l'eau en millions de très fines gouttelettes qui s'évaporent spontanément en absorbant la chaleur de l'air qui, par conséquent, se refroidit. Les systèmes les plus évolués utilisent à peine 4 W de puissance électrique par litre d'eau atomisée, soit environ 1 % de ce qu'utilise un humidificateur à vapeur classique.